Contamination "in uterùs",
teacher-359311_960_720.png

 Les enfants peuvent se contaminer à tout âge et même "in utérus"

Lisez se témoignage poignant

 

 

Lyme à la mort…


Un citron vert acide m’a doucement grignoté l’âme, le coeur et le corps et je me suis perdue dans le labyrinthe de ma vie à vif…


J’ai erré dans des méandres insoupçonnés et salué si souvent ma mort que j’ai fini par oublier cette souffrance indicible, celle qui ne se voit qu’au détour d’un sourire grimaçant, masquant tant de détresse…


Son empreinte invisible, m’a rendu aigre-douce, faible et forte à la fois, j’en suis devenue une guerrière-amazone malgré moi.


Sur cette voie caillouteuse, j’ai combattu, je me suis écorchée la peau et à chaque nouvelle chute, j’ai pleuré, j’ai saigné, mais me suis relevée, la tête dans mes rêves évanouis.


J’ai bien souvent perdu ma route dans les volutes brumeuses de mon cerveau… et enfin, j’ai aperçue, cette lumière vacillante, mirage inespéré, et ne l’ai plus lâchée, je m’y suis accrochée comme un vampire suceur de vie, qui donne son assassin baiser…


j’ai joué avec les mots, au bord de la folie, pour couvrir les cris de mes maux . Je me suis débattue avec mille démons qui consumaient ma peau.


Dans un ultime sursaut, j’ai étouffé mes hurlements à la mort et tant bien que mal, rassemblé les bribes de mon passé.


J’ai cherché les pièces du puzzle, égarées, éparpillées dans ce désert aride, où comme le petit Poucet, je les avais semées, afin de retrouver mon chemin dans l’obscurité.


Chancelante à chaque pas hésitant, j’ai traversé les terres brulées, puis lâché les amarres, pour visiter les abysses riches en beautés vénéneuses, les sombres profondeurs marines, tapissées d’étoiles dansantes dans la matrice…


J’ai transmis un héritage maudit en donnant la vie dans une danse lascive avec la mort… Ma chair meurtrie et mon sang empoisonné, mes trésors blessés… Je ne dériverai plus jamais seule sur ce radeau qui tangue au gré du vent


Je ramerai jusqu’à ce que mort s’ensuive pour trouver une « Plum Island »qui ne soit pas contaminée…


La mélodie de l’ignorance nous a tant bercés, sans pour autant nous apaiser… Nos yeux sont grands ouverts désormais sur nos failles intimes qui portent le même nom : c’est Lyme à la vie, à la mort, mes amours...

A mes trois enfants, mes courageux petits guerriers, Jade, Arthur et Ambre, contaminés in utero par la borreliose de Lyme...
Plum
12/03/2013