Professeur Christian Perronne

Le Professeur Christian Perronne travaille sans relâche depuis de nombreuses années pour dévoiler la réalité de la maladie de Lyme, cette maladie qui, en France comme dans une grande partie du monde, est encore considérée comme une maladie rare. 

Notre association a été créée pour faire connaître et reconnaître la maladie de Lyme,

les Maladies Vectorielles à Tiques et leurs co-infections.

téléchargement.jpg

Texte du  Pr Perronne :

"J'ai souvent essayé de parler avec des collègues de cet important problème médical, mais personne ne s'est intéressé à cette maladie «rare» ou «imaginaire». À la fin des années 90, j'ai participé à des recherches, présidé plusieurs groupes de travail chargés d'élaborer des lignes directrices médicales fondées sur des données factuelles et participé à plusieurs conférences de consensus. J'étais naïf et je pensais qu'il serait facile de progresser rapidement dans le domaine de la maladie de Lyme. J'ai continué à m'occuper des patients, à améliorer mon expérience et à rédiger des projets de recherche pour obtenir des fonds. J'ai découvert que s'il était possible d'obtenir des fonds pour le VIH, la tuberculose ou l'hépatite C, il était impossible d'obtenir de l'argent pour la maladie de Lyme.

En entendant des patients atteints de la maladie de Lyme chronique me dire que j'étais le seul médecin hospitalier en France à en prendre soin et à améliorer leur état, j'ai accepté avec enthousiasme d'aider les associations de patients et de supporters. Abandonner tous ces patients souffrant était une trahison au serment d'Hippocrate. Au début des années 2000, des maires, sénateurs et députés, alertés par des patients, ont commencé à me contacter. Ils ont reçu de nombreuses plaintes de personnes rejetées par le système de santé: paysans, chasseurs, ouvriers forestiers ... Ainsi, le ministère de la Santé a demandé au Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) d'évaluer les données concernant Lyme et maladies associées. Deux rapports ont été réalisés, un premier sur la prévention en 2010 et un second sur le diagnostic et le traitement en 2014. Les deux rapports sont disponibles en français,

En France, j'ai rencontré un groupe de médecins, principalement des omnipraticiens, le groupe Chronimed, qui ont pris en charge de nombreux patients atteints de la maladie de Lyme chronique ainsi que des patients souffrant de plusieurs maladies idiopathiques chroniques. Ils suivaient, comme moi, les théories de Charles Nicolle, directeur de l'institut Pasteur à Tunis, lauréat du prix Nobel en 1928. Il postulait que la plupart des maladies chroniques inflammatoires ou dégénératives avaient une origine infectieuse que le virus classique ne pouvait détecter. outils de microbiologie. Il a créé le concept d'infections cachées («les ifections inapparentes»).

Dans les années 50, Willy Burgdorfer a publié un article sur la borréliose africaine (fièvres récurrentes) et le concept d’infections cachées, qu’il a appelé «infections occultes». Dans mon livre «La vérité sur la maladie de Lyme», je propose de les appeler «crypto-infections». Ce terme inclut les événements aigus ou chroniques, quels que soient les symptômes ou les microbes impliqués dans le processus pathologique et quel que soit le mode de transmission. L’ulcère gastrique, dû à Helicobacter pylori, est un bon exemple de crypto-infection. L'ulcère était auparavant considéré comme une maladie psychosomatique.

Très peu de médecins, dans les hôpitaux, ont accepté de me suivre. Je voudrais remercier le professeur Jérôme Salomon et le Dr Barbara Vidal-Hollaender pour leur aide. J'ai publié une revue de la littérature médicale montrant que les tests de diagnostic de routine n'étaient pas fiables (Perronne, Front Cell Infect Microbiol, 2014). La faible sensibilité des sérologies de Lyme est maintenant confirmée par une méta-analyse (Cook & Puri, Int J Gen Med, 2016). Un rapport du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), publié en avril 2016, confirme que les tests sérologiques ne sont pas bien calibrés. La principale cause en est qu’il est tout à fait impossible de définir avec certitude les populations de patients souffrant de la maladie de Lyme chronique et de témoins en bonne santé, dont certains sont infectés sans le savoir.

Le Professeur Christian Perronne 

 

Travaille sans relâche depuis plusieurs années pour dévoiler la réalité de la maladie de Lyme. En France, la maladie de Lyme est encore considérée comme une « maladie rare ».  Face à cette situation, le Professeur Christian Perronne soulève quelques points cruciaux face auxquels les patients et les professionnels se heurtent en façon systématiquement

Qui est le Professeur Christian Perronne ?

En France, le Professeur Christian Perronne est l’un des meilleurs spécialistes des  maladies infectieuses et tropicales. C’est aussi le président de la CSMT (Commission Spécialisée Maladies Transmissibles) et de la sous-section du CNU (Conseil National des Universités), ainsi que de la Fédération française d’infectiologie (FFI) depuis 2010.

 

Cet homme est également chargé de faire des cours sur les maladies infectieuses et tropicales à l’université de Versailles-Saint-Quentin, tout en étant le chef de service en infectiologie de l’hôpital universitaire Raymond Poincaré de Garches. Membre à part entière de l’Organisation Mondiale de la Santé, il codirige un groupe de travail sur la politique vaccinale dans la zone Europe depuis 2009.

 

Le Pr. Christian Perronne est aussi un chercheur assidu et les fruits de ses recherches ont fait l’objet de nombreuses publications à l’échelle mondiale.

Quelle est la position du Professeur Christian Perronne vis-à-vis de la maladie de Lyme ?

En tant que praticien au service de l’autorité sanitaire Française, le Professeur Perronne est tenu de respecter la politique de santé en vigueur face à la Borréliose de Lyme. Oui, il se doit de respecter le Consensus de Strasbourg qui est une pâle copie du Guideline de l’IDSA, datant de février 2006.  L’IDSA (Infectious Diseases Society of America) est une société médicale qui s’appuie sur la médecine classique.

 

Ce qui revient à dire qu’elle voit la maladie de Lyme comme étant une affection très difficile à attraper et qu’elle peut être combattue avec une simple antibiothérapie à courte durée. Cette organisation nie également l’existence de la forme chronique de cette affection bactérienne émergente.  En d’autres termes, le Professeur Perronne est donc officiellement soumis à cette doctrine.

Que pense réellement le Professeur Perronne de la maladie de Lyme ?

A propos de la forme chronique
Le professeur Christian Perronne est un médecin expérimenté. Avec ses nombreuses années de pratique face à la maladie de Lyme, il est parvenu à une conclusion : la forme chronique existe vraiment. Malheureusement, cette vision n’est pas encore officiellement admise en France.

A propos du diagnostic
Pour ce qui est de l’incapacité des généralistes à diagnostiquer correctement la Borréliose de Lyme, cet interniste pointe du doigt le déni des autorités sanitaires qui ne veulent pas admettre l’efficacité des diagnostics basés sur les signes cliniques et les dires du patient. Il ne faut pas oublier que la technique de dépistage officiel est basée sur des examens traditionnels de routine, tels que les scanners, les radios, diverses analyses… qui ne sont pas en mesure de fournir des résultats assez fiables face à cette menace.

A propos de l’incidence nationale
En ce qui concerne le taux d’incidence relativement bas (5 % de la population) dans l’hexagone, ce spécialiste de l’infectiologie met en cause le test officiel. Il pense que ce protocole de test sérologique est dépassé et peu fiable.  De plus, sa sensibilité a été adaptée pour obtenir un résultat bien en dessous de la réalité, afin de minimiser l’ampleur de la pandémie de la maladie de Lyme en France.

A propos du protocole de traitement

Le Professeur Christian Perronne est tenu de respecter le protocole de traitement officiel qui est basé sur une cure d’antibiotique de courte durée. Toutefois, il déplore l’interdiction d’une antibiothérapie prolongée qui, selon lui devrait être autorisée. Ce qui le rend vraiment perplexe, c’est le fait que les résultats des projets de recherche sur les traitements de cette maladie soient systématiquement rejetés. Quoi qu’il en soit, ce spécialiste des maladies infectieuses et tropicales reconnaît l’efficacité de certaines thérapies alternatives pour soigner la maladie de Lyme et il regrette l’absence quasi-totale d’approfondissement dans cette direction.

LES BASES SUR LYME

Prévention
Symptômes
Diagnostic
Traitements
Controverses

Lire+

Le professeur Christian Perronne est en colère. Et pas une colère froide de scientifique, une vraie colère indignée lorsqu’il évoque l’errance des malades de Lyme, le sort qui leur est fait quand on les envoie dans les hôpitaux psychiatriques ou encore le fait qu’on les écarte totalement de la recherche plutôt que de les y associer.

...............................................................................

Des chiffres anxiogènes

Christian Perronne dresse le tableau clinique de la maladie et évoque des chiffres anxiogènes, tout en précisant que son propos ne vise pas à inquiéter. « Beaucoup de gens guérissent sans même savoir qu’ils ont été malades », dit-il. Pour autant, il a été confronté en tant que praticien aux formes les plus chroniques et les plus critiques de la maladie. « Et c’est comme ça en France, si on se plaint trop fort, on vous répond que c’est dans votre tête ».

Concernant le test, il s’indigne également que des personnes – des médecins – aient pu écrire qu’il était parfait. « Nous sommes très loin de cette réalité-là ». Lire+

"La Vérité sur la Maladie de Lyme"

Conférence donnée le 4 octobre 2018 au Mans par le professeur Christian Perronne, avec la participation du Dr Jean-Michel Gal, Président du Conseil Départemental de l'Ordre des Médecins de l'Orne. Orne Lyme

15337802.jpg
Sans titre.png

12-06-16

Emmanuelle Danizon

 

« La maladie de Lyme explose, c’est un scandale sanitaire »

Le professeur Christian Perronne dénonce depuis des années le déni autour de la maladie de Lyme chronique. Pour lui, et pour la centaine de médecins qui lancent dans "l'Obs" un appel à la ministre de la Santé, il faut agir. Vite.

Le professeur Christian Perronne est chef de service en infectiologie à l'hôpital universitaire Raymond-Poincaré de Garches, et codirecteur d’un groupe de travail sur la vaccination à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Il est un des seuls médecins hospitaliers en France à dénoncer depuis plusieurs années l'absence de reconnaissance de la maladie de Lyme chronique.

Sous-diagnostiquée, mal prise en charge par les autorités sanitaires, cette infection, transmise par les tiques, peut amener, si elle n’est pas soignée, à la paralysie et la démence…Lire +

  • YouTube - Black Circle
  • Twitter
  • LinkedIn - Black Circle
  • Facebook
  Aidez-nous en partageant sur les réseaux sociaux

Notre association, Loi 1901, n'a aucun conflit d’intérêt, ni aucun financement public, ce qui lui permet de maintenir une complète indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics et de défendre les intérêts des malades. Nos dons et adhésions sont destinés à organiser des actions dont le but est de faire connaître et reconnaître les Maladies Vectorielles à Tiques et leurs co-infections

 

Avis destiné à tous les utilisateurs ou observateurs de notre site, et, en particulier, à tous ceux qui n’auront pas l’esprit bienveillant !

L'ensemble des informations, opinions, suggestions et conseils diffusés sur le site de VAINCRE LYME ne constitue en aucun cas un diagnostic, un traitement médical ou une incitation à quitter la médecine conventionnelle. Il ne s’agit que d’un partage d’informations et de conseils puisés dans la littérature historique et traditionnelle de la pathologie, acquis par le biais de nos expériences de malades, prononcés par nos détracteurs ou encore entendus lors de conférences, de formations ou de réunions diverses.

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance du présent avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 © 2023 par l'association VaincreLyme. Créé avec Wix.com