Formes de Transmission 

Si la forme "traditionnelle" de contamination de la maladie est la morsure de tiques, il semble exister d'autres possibilités de transmissions particulièresexceptionnelles, dites "atypiques" : la contamination sanguine, pendant la grossesse par la voie materno-fœtale, ou encore par la voie sexuelle.

Transmission atypiques de la maladie de Lyme

Chez l’enfant et le nouveau-né, la manifestation de la maladie de Lyme a toujours été confondue avec celle de l’autisme. Mais, grâce à des études approfondies, il a été prouvé qu’une mère enceinte atteinte de  cette affection pouvait aussi contaminer l’embryon. Cela est ce que l’on qualifierait de contamination in-utéro. Ce type de contamination provoque des infections congénitales et de la petite enfance se soldant à des difficultés de locution, des troubles comportementaux et psychiatriques, des difficultés motrices…

Suite à une étude menée conjointement par une équipe internationale de scientifiques composée de microbiologistes vétérinaires et moléculaires, de dermatologues et de biologistes moléculaires, ainsi que différents médecins de famille, il a été démontré qu’un rapport sexuel non protégé pouvait transmettre la maladie de Lyme. Cette équipe a mené des recherches spécifiques sur trois groupes de patients : des sujets témoins sans preuve d'être atteint par la Borréliose de Lyme et des sujets aléatoires qui ont été testés positifs à la Borrélia Burgdorferi, ainsi que des couples d’hétérosexuels mariés et testés positif à la maladie de Lyme suite à des rapports sexuels non protégés. Des  tests sur les échantillons de spermes et de sécrétions vaginales de ces volontaires ont permis d’étayer l’hypothèse que la Borrelia Burgdorferi  est bel et bien présente dans les sécrétions vaginales des femmes atteintes par la Borréliose de Lyme.  Pour ce qui est des hommes sujets à cette affection, la moitié des tests confirme la présence du spirochète de Lyme dans les échantillons de spermes.

 

Selon le docteur Marianne Middelveen qui est l’auteure principale de cette enquête, la présence de cet agent pathogène dans le sperme et dans les sécrétions vaginales explique la raison pour laquelle, la maladie de Lyme est deux fois plus répandue que le cancer du sein et six fois plus fréquente que le VIH du sida. Lire +

Source : https://www.change.org/p/president-trump-and-congress-drain-the-cdc-swamp-and-legalize-lyme-disease?use_react=false

Page  antérieure 
L'Association
  • YouTube - Black Circle
  • Twitter
  • LinkedIn - Black Circle
  • Facebook
  Aidez-nous en partageant sur les réseaux sociaux

Notre association, Loi 1901, n'a aucun conflit d’intérêt, ni aucun financement public, ce qui lui permet de maintenir une complète indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics et de défendre les intérêts des malades. Nos dons et adhésions sont destinés à organiser des actions dont le but est de faire connaître et reconnaître les Maladies Vectorielles à Tiques et leurs co-infections

 

Avis destiné à tous les utilisateurs ou observateurs de notre site, et, en particulier, à tous ceux qui n’auront pas l’esprit bienveillant !

L'ensemble des informations, opinions, suggestions et conseils diffusés sur le site de VAINCRE LYME ne constitue en aucun cas un diagnostic, un traitement médical ou une incitation à quitter la médecine conventionnelle. Il ne s’agit que d’un partage d’informations et de conseils puisés dans la littérature historique et traditionnelle de la pathologie, acquis par le biais de nos expériences de malades, prononcés par nos détracteurs ou encore entendus lors de conférences, de formations ou de réunions diverses.

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance du présent avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 © 2023 par l'association VaincreLyme. Créé avec Wix.com