Histoire de la maladie

Historique et développement de la maladie

La première fois que la maladie a eu beaucoup d’effets, c’était aux États-Unis en 1975. Elle s’est ensuite étendue à partir du milieu des années 1980 à l’Europe et à l’Asie. Désormais, c’est « la maladie transmise par les tiques la plus courante de l’hémisphère Nord ». Les individus les plus à risque sont ceux pratiquant la randonnée ou vivant dans des zones rurales. En effet, les tiques vivent principalement dans les forêts feuillues, les prairies et les sous-bois. Après la piqûre par une tique infectée, la personne ressent de nombreux symptômes, parmi lesquels on retrouve la fièvre, les frissons, les maux de tête, la fatigue ainsi que les douleurs musculaires et articulaires. La maladie peut mettre jusqu’à deux ans avant de se manifester et entraîner, à la longue si elle n’est pas encore prise en charge, des problèmes plus graves de type cardiaque ou atteignant le système nerveux central. Dans la majorité des cas, le traitement par antibiothérapie est efficace..... Lire +

HISTORIQUE DE LA DÉCOUVERTE


La borréliose de Lyme ou maladie de Lyme tient son nom de la première description de l'entité de cette maladie complexe dans le district de Lyme (Connecticut, sur la côte est des Etats-Unis).

 

La découverte a été rendue possible par la survenue d'une épidémie d'arthrite chez des enfants et à l'investigation de cette épidémie par des médecins de l'université de Yale. En 1977, le Dr Allan Steere1 a mis en évidence l'association de la piqûre de tique, de l'érythème migrant, de l'arthrite (de Lyme), ainsi que d'autres symptômes, formant ce que l'on appela la maladie de Lyme.

 

Malgré d'intenses recherches microbiologiques sur les tiques, les chercheurs de l'université de Yale ne découvrirent pas l'agent pathogène. Finalement, en 1982, le Dr Willy Burgdorfer (biologiste suisse, de Bâle) établi dans le Montana et travaillant aux laboratoires des Montagnes Rocheuses, découvrait la bactérie responsable.2 En tant que spécialiste des rickettsies, une autre bactérie transmise par les tiques, il avait reçu des Ixodes scapularis (I. dammini) de l'Etat de New York pour y rechercher des rickettsies.

 

En l'absence de rickettsies dans ces tiques, le Dr Burgdorfer poussa ses investigations et découvrit des bactéries spiralées (spirochètes) dans l'intestin d'un très grand nombre de ces tiques. L'association de ces spirochètes avec la maladie de Lyme fût rapidement établie par le Dr Burgdorfer. Il se souvenait en particulier d'un article de Lennhoff3 qui avait mis en évidence des spirochètes dans une biopsie de peau provenant d'un patient présentant un érythème chronique migrant.

Avant même que la bactérie puisse être cultivée, des intestins de tiques infectées furent utilisés comme source d'antigène. Le sérum des patients atteints d'arthrite de Lyme démontrait de très fortes réactions sérologiques avec les spirochètes, confirmant l'association probable de ces bactéries avec la maladie. Peu de temps après le Dr Barbour réussissait à cultiver la bactérie dans un milieu modifié de Stoenner-Kelly.4 De plus, nous confirmions la présence d'un spirochète semblable chez des Ixodes ricinus reçus de Suisse.5 Par la suite, le spirochète fut appelé Borrelia burgdorferi en l'honneur de celui qui l'avait découvert, le Dr Burgdorfer.

Excellent résumé sur Wikipedia

Les borrélioses existent sans doute depuis longtemps : le premier homme connu à avoir été infecté par Borrelia burgdorferi est Ötzi, 4550 ans environ avant le présent1.

La maladie de Lyme, en tant que telle, tire son nom de la ville de Lyme (Connecticut) où elle a été reconnue pour la première fois aux États-Unis en 19772.

En fait la plupart des manifestations de cette maladie avaient déjà été décrites en Europe à partir de la fin du xixe siècle, mais de façon éparse3.

En 2019, des discussions sont en cours aux États-Unis pour savoir si la maladie de Lyme a été utilisée comme arme biologique

Premières descriptions en Europe 

  • en 1883, un médecin allemand, Alfred Buchwald, décrit (à Breslau) une anomalie de la peau qui semble être ce qu'on nomme aujourd'hui l'acrodermatite chronique atrophiante, mais Buchwald ne l'a pas reliée à une morsure de tique, et ce symptôme ne sera pas présent à Lyme (où la borrélie dominante est différente de celles qu'on trouve en Eurasie) ;

  • en 1909, Arvid Afzelius (dermatologue suédois) avait noté l'apparition d'une autre lésion cutanée en forme d'anneau, suivant parfois une morsure de tique Ixodes, et qu'il appelle érythème migrant. En 1913, Bruce Lipschutz (dermatologue autrichien) l'appelle érythème chronique migrant.

  • en 1922, les médecins français Garin et Bujadoux associent cette lésion dermatologique avec une atteinte plus générale de paralysie « plus ou moins grave, parfois mortelle, consécutive à la morsure de tiques » (Ixodes hexagonus). Les deux Français attribuent cette méningoradiculite lymphocytaire (associant parfois une méningite et une polynévrite) à un « virus » qu'il faudrait rechercher non dans le sang mais dans les tissus nerveux.

  • en 1934, en Allemagne, l'érythème migrant est décrit en association avec des atteintes articulaires.

  • en 1941, l'allemand Alfred Bannwarth (de) associe les atteintes articulaires avec une méningo-radiculite de type lymphocytaire (syndrome de Bannwarth ensuite parfois renommé syndrome de Garin-Boujadoux-Bannwarth).

  • en 1951, les effets bénéfiques de la pénicilline sur ces affections font penser à une origine bactérienne3.

 

Redécouverte aux États-Unis 

En 1969, le premier cas documenté d'érythème chronique migrant, survenu chez un chasseur en forêt, est publié aux États-Unis

En 1975, deux mères de la ville de Lyme, ayant des enfants diagnostiqués comme victimes d'une forme d'arthrite rhumatoïde juvénile avaient observé que de nombreux autres enfants de la commune présentaient des problèmes similaires. Alertée, une équipe d'épidémiologistes de l'université Yale, dirigée par Allen Steere, met rapidement en évidence une situation atypique :

  • la prévalence d'oligoarthrite était dans cette commune cent fois plus élevée que celle de l’arthrite rhumatoïde juvénile aux États-Unis ;

  • les nouveaux cas étaient plus nombreux en été, et nettement répartis en foyers géographiques ;

  • 25 % des patients présentaient une association avec un érythème chronique.

Allen Steere (en) nomme alors cette maladie « maladie ou arthrite de Lyme » du nom de la ville.

 

 

De la tique à la bactérie 

Ixodes scapularis (ou « tique du cerf de Virginie »), l'une des tiques vectrices de la maladie de Lyme aux États-Unis.

En 1977, la morsure de la tique Ixodes dammini (devenu Ixodes scapularis) est rapportée à un cas humain d'érythème chronique migrant.

En 1982Willy Burgdorfer isole une bactérie spirochète dans le tube digestif de I. scapularis, dite « tique du cerf » en Amérique du Nord. Après inoculation au lapin, il montre que ce spirochète peut provoquer un érythème migrant. Il observe aussi une forte réaction ente le sérum de malades et la bactérie. C'est en son honneur qu'on nommera en 1984 cette bactérie Borrelia burgdorferi 6. À la même période, on détecte des spirochètes identiques ou proches en Europe (en Suisse), dans des tiques Ixodes ricinus7.

La responsabilité de ce spirochète sera confirmée en l'isolant dans le sang, la peau et le liquide cérébrospinal de patients atteints de la maladie de Lyme.

En 1984, le dermatologue allemand Klaus Weber montre une augmentation d'anticorps de type IgG dans le sang de patients présentant une acrodermatite chronique atrophiante, établissant ainsi un premier rapport entre les manifestations précoces et tardives de la maladie. lire +

La maladie de Lyme
a été décrite dans les années 1977-78 comme une maladie à tique avec une atteinte multisystémique.
Interview Dr Béatrice MILBERT
Décryptage d’un scandale français avec le Dr Béatrice Milbert, lanceuse d’alerte et vice-présidente de l’association Chronimed.
Lyme, une sacré
histoire. La société n’a vraiment pris conscience de la maladie de Lyme que très récemment
L’arthrite de la ville
de Lyme. a été décrite pour la première fois en 1975, bien qu’elle avait déjà été observée depuis de nombreuses années en Europe.
Créée en Laboratoire?
Plum Island: un haut lieu d'expérimentation donnant la chair de poule
"La maladie de Lyme explose"
Le professeur Christian Perronne dénonce depuis des années le déni autour de la maladie de Lyme chronique.
C’est un savant
et employé dans un laboratoire dédié à la guerre bactériologique, d’où se seraient échappées des tiques mutantes
Historique de la maladie
Une tache suspecte
Description d’une anomalie dermatologique après une morsure de tique par un médecine allemand
Show More

Puis, peut-etre  ... 

C’est un savant fou nazi exfiltré d’Allemagne par les Américains après-guerre et employé dans un laboratoire dédié à la guerre bactériologique, d’où se seraient échappées des tiques mutantes. Une thèse conspirationniste, inspirée par un livre farfelu, publié il y a 12 ans et maintes fois battue en brèche.

L’Obs du 11 juillet 2016 consacre sa une à « La maladie de Lyme, l’épidémie qu’on vous cache ». Causée par une bactérie transmise par les tiques, cette dernière serait en pleine explosion. Elle ferait l’objet en France d’un sous-diagnostic massif, croit savoir l’hebdomadaire, qui parle à ce sujet de « scandale sanitaire ». Lire +

Page  antérieure 
  • YouTube - Black Circle
  • Twitter
  • LinkedIn - Black Circle
  • Facebook
  Aidez-nous en partageant sur les réseaux sociaux

Notre association, Loi 1901, n'a aucun conflit d’intérêt, ni aucun financement public, ce qui lui permet de maintenir une complète indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics et de défendre les intérêts des malades. Nos dons et adhésions sont destinés à organiser des actions dont le but est de faire connaître et reconnaître les Maladies Vectorielles à Tiques et leurs co-infections

 

Avis destiné à tous les utilisateurs ou observateurs de notre site, et, en particulier, à tous ceux qui n’auront pas l’esprit bienveillant !

L'ensemble des informations, opinions, suggestions et conseils diffusés sur le site de VAINCRE LYME ne constitue en aucun cas un diagnostic, un traitement médical ou une incitation à quitter la médecine conventionnelle. Il ne s’agit que d’un partage d’informations et de conseils puisés dans la littérature historique et traditionnelle de la pathologie, acquis par le biais de nos expériences de malades, prononcés par nos détracteurs ou encore entendus lors de conférences, de formations ou de réunions diverses.

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance du présent avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 © 2023 par l'association VaincreLyme. Créé avec Wix.com