Dr Marc Bransten

Maladie de Lyme : lettre ouverte du Dr Bransten à Me Buzin, ministre de la santé et de la solidarité, concernant un scandale sanitaire à venir

 

Drancy le 5/1/2018

Madame la Ministre de la Santé, Professeur Agnès Buzyn,
Chère consœur,


Je me permets de vous écrire ce courrier car j’ai rencontré le Pr Benoît Vallet le 3/8/2017 avec le Dr Gascan, afin de lui présenter les résultats de nos recherches concernant la signature immunologique
De la maladie de Lyme, dans sa forme chronique.


Un Brevet a été déposé le 15/9/2017 sous l‘égide du CNRS.


Comme vous le savez , cet agent pathogène extrêmement complexe dans son implication dans un grand nombre de pathologies humaines, entraine une forme de SIDA bactérien doublé de phénomènes inflammatoires liés à sa nature et à son hyperstimulation du Th17 (par l’intermédiaire de l’IL-23).


En outre , je suspecte l’existence d’un super antigène (voie non encore explorée) qui pourrait expliquer l’aspect chronique inflammatoire disproportionné de son action sur l’organisme humain (cela pourrait donner lieu à une recherche thématisée), ainsi que l’existence de nombreux cas de séronégativité ( un seul marqueur ou aucun marqueur au western – Blott).


Je pense que les patients porteurs et malades sont souvent faiblement contaminés, d’autant que certaines prédispositions génétiques (TLR spécifiques) exposent ces patients à certaines pathologies.


Cet agent Pathogène, le Lyme chronique, présente donc une double problématique :
L’une, infectieuse, d’allure grippale et rapidement résolutive avec un traitement de 15 jours,
L’autre beaucoup plus complexe, d’allure immuno-pathologique, d’évolution parfois torpide ou rapide, liée à une prévalence intracellulaire.


Un grand nombre de publications plaident en ce sens et je me suis permis de joindre à mon courrier, un certain nombre d’articles ou de références bibliographiques, qui vous permettront d’en apprécier les implications.
Je suis médecin généraliste, exerçant en secteur 1, très sollicité et débordé entre autre par une vaste patientèle venant des quatre coins de la France, très souvent après un long parcours d’errance médicale
Fort couteux.


Mes diagnostiques et prises en charges sont contestées par nombre de confrères qui estiment que la maladie de Lyme chronique n’existe pas et se fondent sur les dires et enseignements du CNR.


Je suis donc très attaqué au Conseil de l’Ordre de la Seine saint Denis dont je dépends.
Dans mon exercice quotidien, je suis amené à consulter des patients avec des manifestations récurrentes et parfois des pathologies caractérisées.


En effet, un certain nombre de ces patients présentent des manifestations cliniques fortes nombreuses mais d’autres, conformément à la littérature, présentent des pathologies tantôt auto-immunes médiées par le Th17 ou dégénératives inflammatoires chroniques (SLA, Autisme, Parkinson juvénile, Lupus etc.…).


Comme je l’avais dit lors de notre entretien, 80% des patients diagnostiqués Lyme chronique par moi, présentent des micronodules thyroïdiens et 20% des maladies d’Hashimoto avec ou sans retentissement sur leurs fonctions thyroïdiennes.


En outre, un grand nombre de patients me sollicitent pour leur enfant souffrant d’autisme régressif et effectivement je constate systématiquement une hypoxie caspsulo thalamique avec des marqueurs plus ou moins ténus de la présence de Lyme.


Comme vous le savez, les tests western-blott dans le cadre du lyme chronique, sont inconstamment positifs mais très utiles en matière de détection de la présence de ces bactéries puisqu’il n’existe pas de mémoire immunitaire du Lyme (négativation des westerns blott après traîtement).


Cet aspect particulier semble échapper à la vigilance de nos confrères de Strasbourg.
Ce qui me semble encore plus alarmant, c’est que le coût global des prises en charges structurelles de l’autisme en France à éxplosé de façon phénoménale :


Plus de 750000 enfants souffrent de TED ou d’autisme régressif avec une moyenne de 30000 euros de prise en charge par les institutions (AVS, Structures éducatives spécialisées, orthophonie, psychomotricité) tant à la charge de l’état que des familles, soit plus de 22 milliard d’euros de dépenses annuelles , en augmentation de 10% par an, pour des prises en charges qui n’offrent pas le moindre espoir de guérison !


Il se trouve, qu’ayant systématiquement éliminé une cause d’autisme génétique ou une souffrance néonatale, chez les enfants ou adultes consultés, je retrouve une hypoxie capsulothalamique avec nécessairement une souffrance de l’hippocampe et sa conséquence Neuro-immuno-inflammatoires. Le plus souvent, aucune lésion Neurologique n’est retrouvée aux IRM.


Or, ce qui est parfaitement troublant et inattendu, c’est la présence retrouvée d’un ou plusieurs marqueurs du Lyme au Western-Blott pour 90% de ces patients.


Les prises en charges que j’ai élaborées , diminuant l’inflammation , augmentant l’activité mitochondriale, associées à des antibiothérapies souvent multiples et prolongées , ont apporté , si ce n,’est une guérison , une forte amélioration des performances psycho intellectuelles et d’attention à ces enfants ou adultes souffrant d’autisme régressif.


Les antibiothérapies utilisées se fondent sur les publications du Dr Zhang du John Hopkins HOSPITAL de Baltimore, qui a effectué une vaste étude durant trois ans, avec un lourd financement(4 millions de dollars) et qui porte sur 1535 médicaments et 8000 combinaisons thérapeutiques.


Il se trouve, que les résultats sont assez étonnants, puisque les formes intracellulaires du Lyme, ne semblent répondeuses qu’à quatre ou cinq combinaisons thérapeutiques. Il se trouve, qu’une résistance in Vitro ne peut engendrer d’efficacité in Vivo.


Je me suis basé sur ces publications pour utiliser ces thérapeutiques adaptées à chaque situation et tolérance, avec une surveillance hépatique et rénale systématique et l’arrêt de ces traitements en cas d’intolérance ou d’allergies. Aucune de ces thérapeutiques n’est exotique ou interdite à la vente et tout médecin dispose de cette palette thérapeutique à sa disposition.


Ce qui est particulièrement frappant, c’est un certain nombre de manifestations immunologiques (modification de certaines sérologies de cofacteurs du Lyme chronique : varicelle-zona, ebv, aslo, candida albicans, chlamydiae pneumoniae, mycoplasme) et une corrélation avec l’amélioration clinique constatée chez ces enfants. (Vous trouverez, ci-joint certains témoignages, ainsi qu’un encephaloscan avant traitement puis après traitement). Par ailleurs, un grand nombre de patients souffrant de pathologies diverses dont les conséquences sont invalidantes et chroniques, voir désocialisantes, se trouvent améliorés ou guéris par ces thérapeutiques longues.


Il semble donc qu’au-delà de la chasse aux sorcières qui m’est faite, ilprévaut un déni farouche , malgré une très abondante littérature, de la maladie de Lyme dans sa forme chronique avec les conséquences médicales et pathologiques ou sociales que vivent les patients qui en souffrent , sans même évoquer les coûts astronomiques que cela occasionne.


Je vous écris , come un lanceur d’alerte , afin que toutes dispositions soient prises pour que les médecins qui prennent en charge ces Patients , dans le respect de l’éthique, ne soient plus inquiètés par le Conseil de l’ordre et par les instances de sécurité sociale. D’autre part , il semble de la plus grande urgence , que l’état finance un certain nombre d’études cliniques , diagnostiques et thérapeutiques d’envergure et soutienne les recherches thématisées dans ce domaine en particulier en ce qui concerne certaines des pathologies pouvant être induites par la présence du Lyme dans sa forme intra-cellulaire.


Actuellement le Déni scandaleux des implications de cet agent Pathogène dans la génése de très nombreuses maladies, par un grand nombre de confrères , pourrait éclater de façon très médiatisée.


La prise en charge recommandée par le CNR et enseignée lors de journées de formations destinées aux médecins, nie toute forme chronique du Lyme. Cela équivaut selon moi, à des préconisations erronées telles que le seraient des recommandations de traitements par mon-thérapie de durée brève pour des tuberculoses alors que nous le savons parfaitement, celles-ci nécessitent des poly-antibiothérapies longues avec surveillance et possibles effets secondaires.


Je me tiens évidement à votre entière disposition si vous souhaitiez me solliciter quant à ce sujet brulant.
Dans l’espoir d’être entendu et de pouvoir contribuer à ce que des solutions scientifiques soient apportées au plus Tôt.


Veuillez agréer, Madame la ministre , Professeur Buzyn et cher consoeur, l’expression de mes salutations respectueuses.


Docteur Marc Michaël Bransten

18-02-19

Dimitri Jacques

 

Maladie chronique : le message d’alerte du Dr Marc Bransten

 

Un vent de révolution souffle sur la borréliose de Lyme, cette maladie transmise par les tiques et dont la forme chronique, potentiellement grave et handicapante, fait l’objet de nombreuses controverses. En complément de notre dossier récent sur le sujet, nous partageons les découvertes du Dr Marc Bransten, dont le dernier ouvrage se veut un message d’alerte.

Les langues se délient, les esprits se libèrent. Bien des malades de Lyme en ont assez de n’être pas pris au sérieux, et des médecins, d’être convoqués devant le conseil de l’Ordre pour n’avoir fait que leur travail. En outre, si la recherche avance sur cette borréliose, ce n’est pas le cas en France. Le Dr Marc Bransten, pionnier revendiquant de nombreux succès thérapeutiques, a donc décidé de monter au créneau dans son dernier ouvrage, Maladie de Lyme chronique : sortir de l’impasse.

Ce qui frappe d’abord à la lecture de celui-ci, c’est le récit implacable de tous ces malades en errance médicale, ne devant souvent leur salut qu’à une rencontre fortuite hors du système de soins conventionnel. Un scénario qui se répète et ne semble pas attirer l’attention des autorités sanitaires. Une telle situation ne peut pourtant plus durer.

  • YouTube - Black Circle
  • Twitter
  • LinkedIn - Black Circle
  • Facebook
  Aidez-nous en partageant sur les réseaux sociaux

Notre association, Loi 1901, n'a aucun conflit d’intérêt, ni aucun financement public, ce qui lui permet de maintenir une complète indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics et de défendre les intérêts des malades. Nos dons et adhésions sont destinés à organiser des actions dont le but est de faire connaître et reconnaître les Maladies Vectorielles à Tiques et leurs co-infections

 

Avis destiné à tous les utilisateurs ou observateurs de notre site, et, en particulier, à tous ceux qui n’auront pas l’esprit bienveillant !

L'ensemble des informations, opinions, suggestions et conseils diffusés sur le site de VAINCRE LYME ne constitue en aucun cas un diagnostic, un traitement médical ou une incitation à quitter la médecine conventionnelle. Il ne s’agit que d’un partage d’informations et de conseils puisés dans la littérature historique et traditionnelle de la pathologie, acquis par le biais de nos expériences de malades, prononcés par nos détracteurs ou encore entendus lors de conférences, de formations ou de réunions diverses.

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance du présent avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 © 2023 par l'association VaincreLyme. Créé avec Wix.com