La presse

Après la maladie de Lyme, l’encéphalite à tiques !

Romain Loury

23-09-19

 

Véhiculée par la même espèce de tique que la maladie de Lyme, l’encéphalite à tiques ne fait en général qu’une vingtaine de cas par an en France, pour la plupart dans l’est. Or trois cas ont été observés dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, suggérant son extension à des zones jusqu’alors épargnées.

 

Extrait : L’encéphalite à tiques est liée au virus TBEV (Tickborne Encephalitis Virus) de la famille des flavivirus, qui compte notamment les virus Zika, du Nil occidental, de la dengue et de la fièvre jaune. Comme la bactérie Borrelia

20-09-19

 

Les tiques peuvent être infectées par plusieurs microbes et donc transmettre diverses maladies. Les deux plus importantes sont la borréliose (maladie de Lyme, provoquée par la bactérie Borrelia burgdorferi) et la méningo-encéphalite à tiques provoquée par le virus FSME et connue sous le nom de méningo-encéphalite "Vern estivale" par référence aux saisons (printemps-été) pendant lesquelles elle sévit. Le risque de d’attraper ces deux maladies peut être diminué en se protégeant contre les tiques.

"Un vaccin pour la méningo-encéphalite à tiques existerait donc !

Les suisses en bénéficient, mais pas les français.

Pour quelles raisons, cette maladie ne passe-t-elle pas les frontières ?"

L'approvisionnement en sang est menacé par la babésie parasitaire transmise par les tiques, le dépistage des donneurs de sang est nécessaire

Ecrit par Christian Nordqvist

14-08-19

 

Les réserves de sang américaines sont de plus en plus infectées par Babesia, parasite à tiques des globules rouges. L'infection se transmet par transfusion sanguine. Depuis 1979, date de la première déclaration de babésiose associée à une transfusion, le nombre de cas signalés augmente progressivement, les CDC (Centres de contrôle et de prévention des maladies) ont annoncé Annales de médecine interne après avoir réalisé une étude collaborative des trente dernières années.


Les auteurs ont commenté 159 cas de sang contaminé par Babesia utilisés dans des transfusions qui ont conduit à la babésiose entre 1970 et 2009, dont 77% après 2000.
De nombreuses personnes infectées par Babesia peuvent se sentir bien. ils n'ont aucun symptôme. Cependant, ils peuvent transmettre l'infection s'ils donnent du sang.

 

Il n’existe pas de test de dépistage approuvé par la FDA pour les donneurs de sang potentiels détectant Babesia, ont écrit les auteurs.
Babésiose est une maladie parasitaire, très similaire au paludisme, causée par Babesia, parasite protozoaire du sang. Babesia sont considérés comme les deuxièmes parasites sanguins les plus communs chez les mammifères, après les trypanosomes. Bien que beaucoup moins fréquents chez l'homme que les autres mammifères, les experts affirment que les cas humains ont augmenté au cours de la dernière décennie, principalement grâce à une meilleure prise de conscience médicale.


La babésiose est une complication potentiellement mortelle de la transfusion sanguine. Cependant, c'est traitable. Une personne infectée présente un risque de défaillance de plusieurs organes, voire de décès. Les patients sans rate, les personnes dont le système immunitaire est affaibli et les personnes âgées sont plus vulnérables aux complications.


Les auteurs écrivent qu'il existe un besoin urgent d'un test de dépistage et de stratégies de prévention. Un certain nombre de sociétés de dispositifs médicaux et de diagnostic travaillent à la mise au point de tests pour Babesia à des fins de dépistage par donneur.
 

L'auteur principale, Barbara Herwaldt, M.D., M.P.H., épidémiologiste médicale du CDC, a déclaré:

"Nous voulons que les cliniciens soient plus conscients de la babésiose, y compris de la faible possibilité de transmission par transfusion sanguine. Si un patient développe une fièvre inexpliquée ou une anémie hémolytique après une transfusion, la babésiose peut être considérée comme une cause".


La babésiose se propage le plus souvent par les piqûres de tiques. La tique est minuscule, de la taille d'une graine de pavot. La babésiose est également transmissible à l'homme par transfusion sanguine si le sang du donneur est contaminé.


Prendre des mesures pour protéger l'approvisionnement en sang et éviter d'être mordu par les tiques ferait une différence significative dans le taux de babésiose aux États-Unis.


La majorité des cas de babésiose provenant de tiques ont eu lieu pendant les mois chauds du Wisconsin, du Rhode Island, de New York, du New Jersey, du Minnesota, du Massachusetts et du Connecticut.

Dix-neuf États américains ont signalé des cas d'infection par transfusion .……………

 

 

https://fr.3b-international.com/blood-supply-threatened-by-tickborne-parasite-babesia--screening-of-blood-donors-required--says-cdc

Vesoul

07-09-19

Didier Fohr

 

Lyme : le combat du professeur Perronne pour une vraie prise en charge des malades

Christian Perronne, spécialiste des maladies infectueuses et très en point sur la maladie de Lyme, est effaré par tous les manques concernant la prise en charge des patients. Il déplore également le peu de moyens pour la recherche.

 

Le professeur Christian Perronne est en colère. Et pas une colère froide de scientifique, une vraie colère indignée lorsqu’il évoque l’errance des malades de Lyme, le sort qui leur est fait quand on les envoie dans les hôpitaux psychiatriques ou encore le fait qu’on les écarte totalement de la recherche plutôt que de les y associer.

Invité à Vesoul par l’assemblée des communes forestières, il n’a pas hésité à parler d’une « trahison de la démocratie sanitaire ». « J’ai été au début de la recherche concernant le SIDA. Les malades étaient au centre de tous les travaux. Ici, avec Lyme, on les envoie en psychiatrie en leur disant qu’on va s’occuper de leur maladie… »

Des chiffres anxiogènes

Christian Perronne dresse le tableau clinique de la maladie et évoque des chiffres anxiogènes, tout en précisant que son propos ne vise pas à inquiéter. « Beaucoup de gens guérissent sans même savoir qu’ils ont été malades », dit-il. Pour autant, il a été confronté en tant que praticien aux formes les plus chroniques et les plus critiques de la maladie. « Et c’est comme ça en France, si on se plaint trop fort, on vous répond que c’est dans votre tête ».

Concernant le test, il s’indigne également que des personnes – des médecins – aient pu écrire qu’il était parfait. « Nous sommes très loin de cette réalité-là ».

 « Une maladie niée par une poignée d’influenceurs »

Le manque de moyens pour la recherche est sans doute le vrai problème. « Voilà 30 ans qu’on dit aux chercheurs : ne touchez pas à Lyme, ça guérit tout seul. Je fais moi-même des demandes depuis des années et ça n’a jamais été financé. La maladie de Lyme est démontrée et pourtant toujours niée par une poignée d’influenceurs. Mais j’avoue un espoir. Les États-Unis, qui ne savent plus comment faire devant l’épidémie, viennent de débloquer des fonds très importants……………

 

https://www.estrepublicain.fr/edition-de-vesoul-haute-saone/2019/09/09/le-professeur-perronne-pour-une-vraie-prise-en-charge-des-malades-de-lyme

  • YouTube - Black Circle
  • Twitter
  • LinkedIn - Black Circle
  • Facebook
  Aidez-nous en partageant sur les réseaux sociaux

Notre association, Loi 1901, n'a aucun conflit d’intérêt, ni aucun financement public, ce qui lui permet de maintenir une complète indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics et de défendre les intérêts des malades. Nos dons et adhésions sont destinés à organiser des actions dont le but est de faire connaître et reconnaître les Maladies Vectorielles à Tiques et leurs co-infections

 

Avis destiné à tous les utilisateurs ou observateurs de notre site, et, en particulier, à tous ceux qui n’auront pas l’esprit bienveillant !

L'ensemble des informations, opinions, suggestions et conseils diffusés sur le site de VAINCRE LYME ne constitue en aucun cas un diagnostic, un traitement médical ou une incitation à quitter la médecine conventionnelle. Il ne s’agit que d’un partage d’informations et de conseils puisés dans la littérature historique et traditionnelle de la pathologie, acquis par le biais de nos expériences de malades, prononcés par nos détracteurs ou encore entendus lors de conférences, de formations ou de réunions diverses.

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance du présent avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 © 2023 par l'association VaincreLyme. Créé avec Wix.com