Plan National de Prévention et de Lutte contre les MVT
            (PNDS et consensus)

Une citation du Directeur Général de la Santé, le Pr Vallée, prononcée lors d’une des toutes premières réunions concernant le PNDS (Protocole National de Diagnostic et de Soins) au Ministère de la Santé et des Solidarités :

 

« Tout consensus datant de plus de 10 ans est de toute façon obsolète ».

Le PNDS vise à remettre à plat pour réactualiser le dépistage et le traitement de la maladie de Lyme.

Sans titre.png

En septembre 2016, la France s'est dotée d'un plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmises par les tiques.

 

Avec trois volets :

      1 - La prise en charge des malades,

      2 - La prévention et

      3 - La recherche.

 

Un risque et des précautions à connaître à l'heure des balades familiales en forêt. 

Le 29 juin 2016, la ministre de la santé, Marisol Touraine, avait reçu les associations de malades et annoncé qu'un plan de lutte contre la maladie serait dévoilé en septembre prochain. 

Lire +

Sans titre.png
Communique de presse

Communique de presse

Plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques

Législation
Sans titre.png
Sans titre.png

Colère des malades jusqu’au cœur du Plan Lyme

 

4 juillet 2019

Tandis que la situation s’aggrave sur le terrain, avecune augmentation significative du nombre de cas de maladie de Lyme diagnostiqués en France (68 530 nouveaux cas en 2018 selon les données officielles duRéseau Sentinelles), la Fédération Française contre les maladies vectorielles à tiques (FFMVT) et les associations membres constatent une stagnation du Plan Lyme et expriment leur vive déception.

Lors de la réunion du Comité de pilotage du Plan Lyme du 3 juillet, elles ont pris connaissance du choix des 5 centres de référence pour la prise en charge des maladies vectorielles à tiques (CRMVT) prévus dans le plan national. Tous les centres retenus partagent les positions de la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF), qui veut ignorer la controverse sur les formes persistantes, et dont les associations de malades dénoncent l’écoute insuffisante et le manque d’empathie. Les malades ne peuvent comprendre que des hôpitaux réputés pour la prise en charge efficace de très nombreux cas de maladie de Lyme, Garches et Lannemezan, n’aient pas été retenus.

Pour ajouter à l’exaspération des malades en attente d’une prise en charge effective, les recommandations publiées en 2018 par la Haute autorité de Santé (HAS) ne sont toujours pas adoptées par l’ensemble des sociétés savantes. Un groupe de travail se réunira à la rentrée pour leur révision. Les associations espèrent qu’elles seront alors plus largement appliquées par les professionnels de santé, généralistes et spécialistes.

La recherche, qui seule permettrait de trancher cette controverse scientifique, n’a toujours pas fait l’objet de propositions concrètes du Ministère de la Santé en termes d’actions et de financements.

 

 

France Lyme, Lympact, Relais de Lyme, FFMVT

Textes en relation :

Lettre FFMVT et associations au DGS

Les malades de Lyme de toutes les Associations s’unissent dans le combat

Position de la FFMVT sur l’action du Droit de Guérir à l’encontre du texte de la HAS

Plan du site FFMVT | Associations

La FFMVT reçue au Ministère de la Santé le 29/09/2016

Page  antérieure 
Sans titre.png