Protocoles de soins dits "classiques"

L’antibiothérapie

 

est l'utilisation de virus bactériophages (simplement appelés bactériophages ou même phages) lytiques afin de traiter certaines maladies infectieuses d'origine bactérienne. Le traitement bactériophagique a été largement utilisé dans le monde avant la découverte des antibiotiques.

L’intérêt du grand publique et des malades est grandissant. L'institut Pasteur vient de publier un article à ce sujet

1. Stade primaire

Pour traiter un malade de Lyme au stade primaire, il faut traiter au minimum pendant 3 semaines et jusqu’à disparition des symptômes. En cas de persistance des symptômes au-delà de 3 semaines de traitement, il convient de rechercher des co-infections ayant pu être transmises par la piqûre de tique (Bartonella, Babesia, Ehrlichia, Chlamydia…) et de traiter en conséquence. En l’absence de co-infection trouvée, il faut envisager un second traitement de 3 semaines avec une autre molécule.

Voici quelques exemples de traitements utilisés par les médecins :


* 200 mg/j de doxycycline (traitement ayant l’avantage de combattre certaines autres infections transmises par les tiques) [1-4]
* 6 g/j d’amoxicilline (compatible avec les femmes enceintes ou allaitantes) [1-6]
* 2 g/j de ceftriaxone en IV (généralement réservé aux cas graves ou fulgurants avec des paralysies) [1; 4-5]
* 200 mg/j de minocycline (traitement réservé pour un usage hospitalier, mais ayant l’avantage de combattre certaines autres infections par les tiques) [2-4]
* 600 mg/j de lymécycline (traitement ayant l’avantage de combattre certaines autres infections transmises par les tiques) [2-4]


Ces 5 substances bénéficient d’une AMM spécifique pour la maladie de Lyme.En cas d’allergie ou d’intolérance, d’autres molécules peuvent être utilisées : azithromycine [1-5], cefotaxime [2-4], céfuroxime [1-5], clarithomycine [2-5], pénicilline [1]… Cependant, ces molécules n’ont pas forcément d’AMM spécifique pour traiter la maladie de Lyme.

2. Stade secondaire ou tertiaire

Pour traiter une maladie de Lyme en phase secondaire ou tertiaire, il faut :
1. rechercher systématiquement des co-infections possibles (transmises par les tiques ou infections opportunistes)
2. renforcer le système immunitaire (vitamines, anti-oxydants…) et supplémenter en vitamines fréquemment en carence chez les malades chroniques de Lyme (vitamines D, B12, C…)
3. traiter avec des antibiotiques soit en alternant les molécules, soit en les combinant pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, tout en supplémentant avec des probiotiques quotidiennement

Voici quelques exemples de traitements proposés par des instances étrangères (USA, Allemagne…) :
* minocycline (ou doxycycline) + azithromycine + hydroxychoroquine [4]
* céphalosporine sur 3 j/semaine, puis minocycline (ou doxycycline ou clarithromycine) sur 3 j/semaine et hydroxychoroquine 7 j/semaine [4]
* cefotaxime à 12 g/j en intraveineuse sur 2 ou 4 j/semaine [2]

Parfois, ces traitements doivent être interrompus par des cures spécifiquement ciblées contre les formes kystiques de Borrelia pendant 7 à 10 jours :
* métronidazole (0,5 à 1g/j) [2-4]
* tinidazole (0,5 à 1 g/j) [2]
Attention, ces molécules ont une toxicité avérée (foie, reins, cœur) et nécessitent un suivi régulier.

 

NB : tous les traitements ci-dessus sont uniquement mentionnés à titre d’exemples. Notez qu’ils peuvent ne pas être adaptés à votre cas et qu’ils présentent chacun des contre-indications et effets indésirables potentiels. Pour toute suspicion de maladie de Lyme, parlez-en à votre médecin.

Réaction de Jarisch-Herxheimer (herx); Lire +

Quelle que soit la phase (précoce, disséminée ou chronique) de la maladie de Lyme, il est important de connaître les effets de la réaction de Jarisch-Herxheimer et d’en aviser le patient. La maladie de Lyme est une infection provoquée par une bactérie à endotoxine. Sous l’effet des antibiotiques, les endotoxines sont libérées massivement au moment de la destruction des bactéries. Ces toxines peuvent engendrer des douleurs très importantes (articulaires, neurologiques, musculaires…). Un brouillard cérébral peut aussi survenir. Pour faciliter l’élimination de ces toxines, il convient de drainer le foie, de boire beaucoup et/ou de suer abondamment.


Parfois, l’effet Jarisch-Herxheimer peut être si important que les douleurs peuvent être difficilement supportables pour le patient : une pause dans le traitement peut éventuellement être nécessaire (notamment en phase tertiaire), puis le traitement peut être repris avec une montée progressive des antibiotiques. Dans des cas rares, l’effet Jarisch-Herxheimer peut entrainer des effets dangereux pour le cœur : une surveillance cardiaque est donc nécessaire.


L’effet Jarisch-Herxheimer survient généralement entre le 3ème jour et le 21ème jour de traitement

Pour les enfants, voir les informations spécifiques indiquées dans le lien ci-dessous :
http://francelyme.fr/mediatiques/enfants/ (lien)

Show More

Le Pr Perronne aborde le problàme dans une entretien à Doctissimo.

Recommandations de la phase tardive en France

Ces cas regroupent, selon la définition donnée par la HAS, les "patients qui subissent ces signes cliniques depuis plus de 6 mois et plusieurs fois par semaine". Ces cas cliniques sont désignés sous "Symptomatologie/syndrome l'appellation "Symptomatologie/syndrome persistante polymorphe après possible piqûre de tique" ou SPPT. La prise en charge des patients, "quel que soit le résultat de leur sérologie", est désormais codifiée :

  • proposer un traitement pour soulager les symptômes, en attendant d’en savoir plus sur la maladie dont souffre le patient ;

  • réaliser un bilan étiologique qui doit permettre d’éliminer la piste de maladies inflammatoires, de pathologies infectieuses ou non infectieuses.

  • proposer un traitement antibiotique d’épreuve de 28 jours si ce bilan n’aboutit à aucun diagnostic.

Pour les patients dont les symptômes sont anciens et installés, la HAS n'est pas allée dans le sens des médecins qui prônent, comme le Pr Perronne, la systématisation des antibiothérapies prolongées. Elle laisse toutefois la possibilité d’envisager des traitements prolongés, mais seulement si ces derniers sont décidés par des équipes pluridisciplinaires et réalisés dans centres spécialisés des maladies vectorielles à tiques. 

Phase tardive de la maladie de Lyme : le traitement recommandé aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, le traitement de la maladie de Lyme en phase tardive consiste à prolonger pendant plusieurs mois l'antibiothérapie et, si nécessaire, à associer des anti-infectieux (antiparasitaires et antifungiques) pour traiter les co-infections éventuelles transmises par les tiques. Le choix des antibiotiques se porte sur les molécules les plus efficaces contre les formes persistantes de Borrelia, en particulier le métronidazole, et sur des antifongiques auxquels les récepteurs des kystes de Borrelia sont sensibles. L'hydroxychloroquine, active sur les formes persistantes de Borrelia, est aussi particulièrement utile pour traiter la maladie de Lyme chronique.

Le traitement antibiotique peut être conduit sous forme de monothérapie simple ou associée, prolongée ou cyclique, en alternant les antibiotiques, "quelques jours de l'un, quelques jours de l'autre". Une approche "qui marche bien à moyen terme", souligne le Pr Perronne. L'antibiothérapie de courte durée s'accompagne d'un taux d'échec important, selon les données de l'ILADS, qui préconise de déterminer la durée du traitement en fonction de la réponse au traitement, des antécédents du patient et de la gravité de son atteinte. "Plutôt qu’un traitement arbitraire de 30 jours, c’est la réponse du patient aux traitements qui doit en définir la durée. Avant d’arrêter la thérapie, les patients doivent faire l’objet d’un examen sérieux pour prévenir le développement éventuel d’une infection persistante"..... Lire +

Show More

​Le traitement

Le traitement de la maladie de Lyme est complexe. Vous traversez peut-être une période frustrante et déconcertante si on vous a récemment annoncé que vous aviez contracté la maladie de Lyme.

La maladie de Lyme chronique engendre une recrudescence modérée de symptômes persistants et peut se produire lorsque le patient a été infecté depuis plus d’un an avant d’être soigné ou lorsque des stéroïdes ont été prescrits avant que la maladie de Lyme ne soit diagnostiquée.

Lorsqu’un patient est atteint de la maladie de Lyme chronique, les médecins tentent d’élaborer un plan de traitement de longue durée. La maladie de Lyme chronique se soigne pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. Lire +

La piste du vaccin 

 

Des recherches menées par Sarah Bonnet pour développer un vaccin anti-tiques ciblent des molécules de la tique elle-même et non pas ceux des microbes dont elle est le vecteur. Outre s’affranchir de l’usage des acaricides, l’avantage de cette approche est qu’elle pourrait se révéler efficace contre plusieurs agents infectieux à même d’être transmis par les tiques.  « Nous travaillons directement sur les molécules de tiques Ixodes ricinus qui sont impliquées dans deux types de fonctions : la prise du repas sanguin de l’arthropode et la transmission des agents pathogènes, » explique Sarah Bonnet de l’unité Bipar et coordinatrice du projet Vactix.

 

C’est pendant son repas sanguin que la tique transmet les agents pathogènes en les injectant avec sa salive dans l’hôte. Les chercheurs s’intéressent donc à la physiologie des glandes salivaires des tiques et étudient en parallèle les molécules qui interviennent dans la transmission des micro-organismes vectorisés. Ils ont comparé des tiques infectées et non infectées et mis en évidence quelques 800 gènes sur-exprimés dans les glandes salivaires des tiques infectées. Ce travail permet également d’approfondir les connaissances sur les interactions moléculaires entre les tiques et les agents pathogènes qu’elles véhiculent.  Lire +

Maladie de Lyme
antibioprophylaxie
Elle n'est en règle générale pas recommandée après une piqûre de tique. En zone d'endémie, elle peut cependant être discutée
Un recours systématique
Les antibiotiques sont connus pour leur capacité à détruire et à inhiber les bactéries. Puisque la Borrélia Burgdorferi est une bactérie de la famille des spirochètes, elle peut être éliminée par ce type de médication. D’ailleurs, l
La borréliose de Lyme
Les antibiotiques les plus souvent recommandés pour le traitement de la borréliose de Lyme sont l'amoxicilline, la doxycycline et la ceftriaxone.
Le traitement
de la maladie de Lyme fait l'objet d'une véritable guerre. Le Pr Christian Perronne
Maladie de Lyme
ost-traitement : découverte d'une neuroinflammation (suggérant de nouveaux traitements et excluant les troubles psychosomatiques)
Maladie de Lyme
Quasiment inconnue du grand public il y a quelques années, la maladie de Lyme fait depuis beaucoup parler d’elle et est même devenue un enjeu de santé publique. Elle est due à la bactérie Borrelia transmise par les tiques, ce qui explique qu’on la désigne aussi sous le nom de borréliose. Problème majeur : son diagnostic est difficile à établir. La morsure de tique ne se ressent pas, et les symptômes de la maladie ne sont pas clairement identifiables, du moins dans un premier temps. Ils peuvent a
Morsures de tiques
Prévention et traitement. L’antibiothérapie prophylactique n’est en principe pas recommandée. Plusieurs arguments plaident contre elle.
La maladie de Lyme
Le pronostic de cette maladie est favorable lorsqu'elle est convenablement traitée. En première ligne, il appartient au médecin d'entamer une antibiothérapie.
Il y aurait des
antibiotiques dans les rivières du monde entier De l'Europe à l'Asie en passant par l'Afrique, les concentrations d'antibiotiques relevées dans certaines rivières du monde dépassent largement les niveaux acceptables.
Le traitement
Le traitement de la maladie de Lyme est complexe. Vous traversez peut-être une période frustrante et déconcertante si on vous a récemment annoncé
La maladie de Lyme
Le protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) pour la maladie de Lyme devrait être validé ces jours-ci par la Haute Autorité de santé
Maladie de Lyme
Si vous avez été piqué par une tique ailleurs au Québec, un traitement préventif par antibiotiques n’est généralement pas recommandé.
Pour les professionnels
de la santé : maladie de Lyme. La maladie de Lyme est une grave affection
Show More
Page  antérieure 

3. Sources :

http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_ … vis-ct9472

  1. 16ème conférence de consensus en thérapeutique anti-infectieuse, Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. 13/12/2006.

  2. http://www.infectiologie.com/site/media … _court.pdf

  3. http://www.infectiologie.com/site/media … e-long.pdf

  4. Burrascano Jr. Diagnostic hints and treatment guidelines for Lyme and other tick borne illnesses. Octobre 2008.

  5. http://www.lymenet.org/BurrGuide200810.pdf

  6. ILADS, Evidence-based guidelines for the management of Lyme disease, 2004.

  7. http://ilads.org/files/ILADS_Guidelines.pdf

  8. Deutsche Borreliose-Gesellschaft e. V. Diagnosis and treatment of Lyme borreliosis – Guidelines. Décembre 2010.

  9. http://www.borreliose-gesellschaft.de/T … elines.pdf

  10. Evison J.et al, Borréliose de Lyme – 2ème partie : clinique et traitement. Revue médicale suisse. 05/04/2006

  11. http://www.sginf.ch/ssi/images/ssi/guid … per-2f.pdf

  12. Avis de la Haute Autorité de Santé (HAS) sur l’amoxicilline n° CT 9472 du 14/03/2012, révisant les dosages pour la maladie de Lyme

  • YouTube - Black Circle
  • Twitter
  • LinkedIn - Black Circle
  • Facebook
  Aidez-nous en partageant sur les réseaux sociaux

Notre association, Loi 1901, n'a aucun conflit d’intérêt, ni aucun financement public, ce qui lui permet de maintenir une complète indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics et de défendre les intérêts des malades. Nos dons et adhésions sont destinés à organiser des actions dont le but est de faire connaître et reconnaître les Maladies Vectorielles à Tiques et leurs co-infections

 

Avis destiné à tous les utilisateurs ou observateurs de notre site, et, en particulier, à tous ceux qui n’auront pas l’esprit bienveillant !

L'ensemble des informations, opinions, suggestions et conseils diffusés sur le site de VAINCRE LYME ne constitue en aucun cas un diagnostic, un traitement médical ou une incitation à quitter la médecine conventionnelle. Il ne s’agit que d’un partage d’informations et de conseils puisés dans la littérature historique et traditionnelle de la pathologie, acquis par le biais de nos expériences de malades, prononcés par nos détracteurs ou encore entendus lors de conférences, de formations ou de réunions diverses.

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance du présent avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

 © 2023 par l'association VaincreLyme. Créé avec Wix.com